Pass PTT et pass Vigik, quelles différences?

Dans le domaine du contrôle d’accès Vigik et de la livraison de courrier et colis, deux termes reviennent souvent: Pass PTT et Pass Vigik. Souvent vu comme les sésames des livreurs, ce sont les Clés Générales des normes PTT et VIGIK. Bien que ces deux normes aient toutes les deux des points en commun, notamment sur leur utilité et emplacement, il convient de bien les différencier et de comprendre leur complémentarité.

Histoire et mise en place

La première norme à avoir été mise en place est la norme PTT. Amorcée il y a plus de 40 ans par Laposte, elle a pour but de facilité aux facteurs et agents postaux la distribution de courrier et colis. Alors que les villes et le réseau postal s’agrandi, chaque immeuble avait son propre système de fermeture ce qui rendait très difficile le simple accès aux boîtes aux lettres pour la distribution du courrier. Ce système a donc été mis en place comme une norme pour l’ouverture des halls d’immeubles.

Egalement, il a été pensé pour la distribution des paquets et colis ne rentrant pas dans les boîtes aux lettres. Les boîtes aux lettres normalisées étant équipées de cylindre PTT, les agents peuvent ouvrir la porte pour y déposer des colis ne passant pas par la fente.

La norme Vigik est plus récente et pourtant aujourd’hui très répandue également. Initié en 1999 également par Laposte, elle a pour but de remplacer la norme PTT pour les halls d’immeubles, pour résoudre certain problème rencontrés par les gestionnaires d’immeuble, comme la difficulté à proposer aux résidents un système d’accès à leur immeuble simple, fiable et en meilleur contrôle en cas de perte ou de changement de locataire. Elle permet également un meilleur contrôle et une meilleure sécurité des pass généraux pour les facteurs ou autres professionnels.

Fonctionnement des Pass

Bien que les deux systèmes aient une architecture différente, leur fonctionnement est basé sur une différenciation entre les clés résidents et clés Pass.

La norme PTT est une norme de fabrication des barillets et de leurs clés. Chaque barillet PTT dispose d’une clé unique qui ouvre seulement ce barillet. Elle est remise au propriétaire du système qu’il équipe. Cependant, chaque barillet est également ouvrable par un des Pass PTT. Il existe 21 versions de pass PTT différentes. Un barillet ne peut être ouvert que par une seule des versions de ces pass (hormis la clé résident). Il existe des pass plus courant que d’autre, c’est-à-dire que les barillets prévus pour être ouvert avec certaines versions sont plus répandus que d’autres.

Alors que la norme PTT est uniquement mécanique avec l’association clé/barillet, la norme Vigik est un peu plus complexe. Le barillet est remplacé par un lecteur, et la clé par un badge. Chaque badge à un code électronique unique. Le lecteur, mis en place le plus souvent au niveau de l’interphone, lit le badge via un système sans fil, puis ouvre, ou non, la porte électroniquement en fonction des autorisations du badge enregistré dans ce lecteur.

Pour les Pass, un code de cryptage est enregistré dans tous les lecteurs. Celui-ci permet de reconnaître les badges Pass, mais également de savoir s’ils sont valides ou expirés. Effectivement, chaque badge Pass à une durée de vie limitée de maximum 72H. S’il est expiré, il est nécessaire de le réactiver sur une borne spéciale qui n’est en possession que des entreprises autorisées à disposer de badges Pass.

Complémentarité des systèmes

Les normes PTT et Vigik sont aujourd’hui toutes les deux présentes partout sur le territoire français. Alors que les interphones équipés de lecteur Vigik sont entrains de remplacer les anciens barillets PTT des halls d’immeubles, ces derniers sont toujours utilisés sur les boîtes aux lettres et blocs de boîtes aux lettres. Bien qu’ancienne, la norme PTT à donc encore de longues années devant elle puisqu’aucune autre alternative n’est en cour d’étude ou d’utilisation, et qu’est encore utilisée par les fabricants pour les boîtes aux lettres neuves.

Obtention des pass

Les pass PTT sont en vente libre. Leur possession et leur utilisation sont parfaitement légales, mais évidemment dans un cadre légitime. Comme avec n’importe quel outil, utiliser de tels pass pour commettre des vols ou accéder à des endroits non-autorisés est puni par la loi. Cependant, ces pass peuvent être très utile dans le cas d’une perte de clés de boîte aux lettres ou d’immeuble, et reste des outils indispensables pour les professionnel de la distribution, de l’immobilier, des artisans et autres secteurs nécessitant l’accès aux BALs ou parties communes. Les deux pass les plus courants, les versions T10 et F10, sont disponibles au alentour de 25€ les deux sur Lockpass.

Contrairement aux pass PTT, l’obtention de Pass Vigik, ou plus précisément de la borne permettant de les activer, demande une autorisation de l’association Vigik. Ainsi, seul les sociétés et professionnels de la distribution et les équipes d’interventions publiques (sapeur-pompier, forces de Police, Urgences Gaz) sont équipés de ces pass. Étant donné qu’ils sont automatiquement désactivé au bout de quelques heures, les pass deviennent inutiles lors d’une perte ou d’un vol. Il sont donc théoriquement protégés contre la diffusion et la possession non-contrôlées, cependant, le système de cryptage sur lequel est basé Vigik pourrait d’ici peu être obsolète, rendant ainsi possible la reproduction de pass accessible à tous

Pass PTT et pass Vigik, quelles différences?
1.4 (28.82%) 127 vote[s]